Comment expliquer à son enfant que le père Noël n’existe pas ?


Les fêtes viennent de se terminer, et la vie a repris son cours normalement, sans son lot de magie et de cadeaux… Tout parait  bien réel. C’est alors qu’une question vient s’imposer à nous : et si cette année avait été la dernière fois que notre pitchoune croyait au père Noël ?

Il faut dire qu’à l’école ses petits copains commencent à lui mettre la puce à l’oreille…

Comment lui dire que le père Noël n’existe pas ? Est-ce qu’on doit les laisser y croire tant qu’ils le peuvent, ou doit-on les pousser vers la vérité ?

Décidément, le mythe du Père Noël est un des plus sympathiques quand il s’agit de le faire exister. Pour le faire oublier, en revanche, c’est plus compliqué !

Quand les enfants commencent à douter du Père Noël

Généralement, les enfants commencent à se poser des questions vers 6 ou 7 ans. Ils demandent à leurs parents (génial ! vous allez avoir la conversation que vous redoutez tant !), ou posent des questions autour d’eux. Le plus souvent à l’école, où certains sont déjà septiques.

L’enfant réalise alors tout seul que le père Noël n’existe pas. Il peut se poser des question d’ordre matériel : Comment est-ce qu’il peut passer par la cheminée avec son gros ventre ? Pourquoi le père Noël a déposé les cadeaux sans boire le lait qu’on lui avait préparé, alors qu’il le fait tous les ans ? (et oui cette année, on avait oublié…pas de chance !).

Le moment le plus opportun pour annoncer à un enfant que le père Noël n’existe pas, c’est donc lorsqu’il a des doutes sur son existence, et qu’au fond de lui il sait que ce n’est pas possible, qu’il vous faut faire face à la réalité ! 5 ans, 6 ans, 8 ans…l’âge importe peu ! Il y a même des petits bouts très précoces qui s’en doutent dès leur 4 ans ! Pas la peine de le nier davantage, cela ne ferait qu’appuyer votre image de fabulateur lorsqu’il découvrira la vérité !

Certains bout’chous ne sont pas prêts à dire adieu au Père Noël : c’est le cas pour ceux qui en entendent parler à l’école mais qui choisissent d’y croire encore. Dans ce cas, laissez-les ! C’est qu’ils en ont encore besoin !

Lorsque vous en discutez avec votre enfant, prenez soin d’appuyer sur les points positifs de ce « gentil mensonge » : les parents connaissent très bien les goûts des enfants donc c’est mieux pour les cadeaux, ils ont quand même été très gâtés, on est en famille…

Enfin, si possible, mieux vaut éviter de l’annoncer à l’approche des fêtes, pour ne pas ruiner l’esprit de Noël !

le pere noel n'existe pas

L’âge limite pour croire au Père Noël

Oui, on doit respecter le rythme de l’enfant et lui annoncer en douceur que le Père Noël n’existe pas. Mais vient un moment où il faut tout de même forcer les choses s’il continue d’y croire. L’entrée au collège est la toute dernière limite.

En effet, passé 8 ans, les enfants qui croient encore au Père Noël sont de moins en moins nombreux. A l’école, ils peuvent se heurter à des moqueries de leurs camarades, voir à une incompréhension des professeurs. C’est un peu triste, c’est vrai. Mais ce sont les dures lois des collectivités enfantines !

C’est alors à nous de leur faciliter la tâche en leur en parlant, lorsqu’on les juge prêts et suffisamment âgés.

Ce qui se passe quand on ne croit plus au Père Noël

Par ailleurs, le mythe du père Noël est réservé aux petits. Seuls les grands sont dans le secret. Continuer d’y croire trop longtemps, c’est refuser le passage du stade des petits à celui des grands.

Derrière le père Noël se cachent des choses très symboliques : l’apprentissage de la réalité et de la désillusion. Les enfants apprennent aussi qu’on ne peut pas tout avoir dans la vie…c‘est un peu difficile au début. Mais quelques années plus tard, les enfants se rendent mieux comptent que les cadeaux sont des actes de gentillesse et d’amour de leurs parents !

C’est un nouvel apprentissage : celui d’une action désintéressée !

Allez, courage ! Nous aussi on y a cru, et on s’en est très bien remise !