Aider son enfant à devenir propre : mode d’emploi !


En avoir enfin terminé avec les couches sales à changer, les gros paquets qui prennent toute la place dans le coffre pendant les courses et les draps à changer pour cause de petit accident… Qui n’en a pas rêvé ?

Malheureusement nos pitchounes mettent parfois un peu plus de temps que ce que l’on espérerait à devenir propre. Il finira pourtant par acquérir cette nouvelle forme d’autonomie, et vous pouvez l’aider à y parvenir !

Attendre le bon moment pour apprendre la propreté

enfant propreté

Comme il n’y a pas d’âge fixe pour apprendre à marcher ou à parler, l’éducation à la propreté peut survenir plus ou moins tard dans la vie de votre bout’chou.

Devenir propre est généralement un processus qui s’enclenche entre 18 et 30 mois, mais votre petit chérubin peut tout aussi bien manifester des dispositions avant ou après, cela ne change rien.

Il faut surtout attendre que l’enfant soit prêt. On remarque cette période par le fait que le petit s’intéresse à ses besoins, au fait que les adultes ne mettent pas de couche et se rendent aux toilettes… et par le fait (bien évidemment) que vous lui expliquiez le principe. Si lorsque vous en parlez, votre minot se dérobe à la conversation ou ne prête pas attention à votre discours, c’est tout simplement qu’il n’est pas prêt. Dans ce cas-là retentez l’expérience d’ici quelques semaines mais ne le forcez pas de peur de créer un blocage !

En outre, il est préférable d’appréhender les prémices de la propreté lorsque l’enfant ne vit pas de grands changements. Il s’agit d’une étape très importante pour lui, et l’associer à des facteurs qui le perturbent pourrait le décourager, voire le faire régresser.

Quelques techniques pour aider son enfant à apprendre la propreté

apprendre la propreté

Quand vous voyez que votre enfant commence à s’intéresser à la propreté, quelques petites techniques peuvent l’encourager à se rendre sur le pot.

Dans un premier temps, il faut lui en acheter un et lui présenter l’objet : lui dire que c’est à lui et expliquer à quoi cela sert et comment cela fonctionne. Afin de rendre la situation plus claire pour lui, vous pouvez lors d’une séance de jeu, illustrer le fait d’utiliser le pot avec une poupée ou un bébé et son petit pot. Votre pitchoune saura faire le rapprochement !

Une fois que l’usage du pot est bien intégré, commencez à l’assoir dessus lors de moments réguliers (avant de se coucher, avant et après la sieste, avant de sortir), en lui expliquant qu’il est préférable de faire ses besoins à ce moment.

Vous pouvez également l’encourager à se rendre sur le pot à des moments où il en a probablement envie, en lui posant la question.

Enfin, progressivement, vous pouvez lui retirer sa couche et la troquer par un slip ou une culotte, en lui expliquant qu’il ou elle doit rester propre et qu’il faut donc maintenant se rendre sur le pot. Attention, une fois la couche enlevée (en journée, car devenir propre la nuit prend souvent un peu plus de temps), il ne faut absolument pas envisager un retour en arrière. On ne lui remet plus, c’est terminé ! L’enfant connaîtra sûrement quelques petits oublis et c’est normal. Mais lui remettre une couche alors qu’il commence à être propre ne l’encouragera pas à se développer. C’est pour cela qu’il faut bien choisir son moment !

Se montrer patient et encourageant

apprentissage propreté

On a souvent tendance à se montrer beaucoup plus patient avec nos enfants lorsqu’ils font leurs premiers pas ou prononcent leurs premiers mots. L’apprentissage de la propreté peut être un peu plus pénible à vivre pour les parents, vues les conséquences ingrates qui peuvent parfois en résulter…

Pourtant il est primordial de respecter le rythme de l’enfant et de ne pas trop le presser. Cela viendra petit à petit, il faut garder à l’esprit que chacun à son rythme. Féliciter votre petit lorsqu’il a correctement fait ses besoins dans le pot l’encouragera à reproduire ce schéma pour que ses parents soient fiers de lui. C’est une étape très importante pour lui !

En revanche, il est inutile de le gronder lorsqu’il ne fait pas dans le pot ou d’insister sur le fait que c’est mal. Mieux vaut l’encourager dans l’autre sens !

Enfin évitez les remarques désobligeantes ou les moqueries : rien de tel pour créer un blocage. Prévenez également votre entourage afin que celui-ci se montre bienveillant à l’égard de votre bout’chou.

Patience, vous verrez des résultats très vite !